# Workshop // Janvier 17

L’acteur pneumatique // Valère Novarina // Pierre Tallaron


A LA RENTRÉE, LES ÉLÈVES ENTAMERONT UN WORKSHOP DIRIGÉ PAR PIERRE TALLARON.
PRÉSENTATION…

# WORKSHOP // L’acteur pneumatique – Novarina
 couv69495300
__________
Je propose aux élèves de bosser sur cette période de janvier sur ce que Novarina appelle l’acteur pneumatique.
Voilà un texte qui présente ce principe.
J’écris par les oreilles. Pour les acteurs pneumatiques.

Les points, dans les vieux manuscrits arabes, sont marquéS par des soleils respiratoires… Respirez, poumonez ! Poumoner, ça veut pas dire déplacer de l’air, gueuler, se gonfler, mais au contraire avoir une véritable économie respiratoire, user tout l’air quon prend, tout l’dépenser avant d’en reprendre, aller au bout du souffle, jusqu’à la constriction de l’asphyxie finale du point, du point de la phrase, du poing qu’on a au côté après la course.

[…]

Le spectateur vient voir l’acteur s’exécuter. Cette dépense inutile lui active la circulation des sangs, pénètre à neuf ses vieux circuits. Un spectacle n’est pas un bouquin, un tableau, un discours, mais une durée, une dure épreuve des sens : ça veut dire que ça dure, que ça fatigue, que c’est dur pour nos corps, tout ce boucan. Faut qu’ils en sortent, exténués, pris du fou-rire inextinguible et épatant.

L’acteur n’est pas au centre il est le seul endroit où ça se passe et c’est tout. Chez lui que ça se passe et c’est tout. Pourvu qu’on cesse de lui faire prendre son corps pour un télégraphe intelligent à transmettre, de cervelle cultivée à cervelle policée, les signaux chics d’la mise en rond des gloses du jour. Pourvu qu’il travaille son corps dans l’centre. Qui se trouve quelque part. Dans l’comique. Dans les muscles du ventre. Dans les accentueurs-rythmiciens. Là d’où s’expulse la langue qui sort, dans l’endroit d’éjection, dans l’endroit d’l’expulsion de la parole, là d’où elle secoue le corps tout entier.

[…]

Faut des acteurs d’intensité, pas des acteurs d’intention. Mettre son corps au travail. Et d’abord, matérialistement, renifler, mâcher, respirer le texte. C’est en partant des lettres, en butant sur les consonnes, en soufflant les voyelles, en mâchant, en mâchant ça fort, qu’on trouve comment ça se respire et comment c’est rythmé. Semble même que c’est en se dépensant violemment dans le texte, en y perdant souffle, qu’on trouve son rythme et sa respiration. Lecture profonde, toujours plus basse, plus proche du fond. Tuer, exténuer son corps premier pour trouver l’autre corps, autre respiration, autre économie – qui doit jouer. Le texte pour l’acteur une nourriture, un corps. Chercher la musculature de c’vieux cadavre imprimé, ses mouvements possibles, par où il veut bouger : le voir p’tit à p’tit s’ranimer quand on lui souffle dedans, refaire l’acte de faire le texte, le ré-écrire avec son corps.

Valère Novarina, Lettre aux acteurs


# PIERRE TALLARON // Performer, metteur en scène, et dramaturge

02f65c_3d12d19242e94b3db75ba9068649c1a8.jpg     __________

Initialement formé lors d’un compagnonnage des arts et métiers du théâtre, mis en place par le Nouveau Théâtre du 8° à Lyon.

Il débute en 1999 un tour de France et d’Europe pour se sensibiliser à différents styles et approfondir certaines techniques: il travaille entre autres le personnage shakespearien à l’Institut Français d’Ecosse, l’improvisation au Théâtre du Soleil avec Ariane Mnouchkine, la manipulation d’objets avec le Turak théâtre, l’acrobatie aérienne avec Alto y corto , l’écriture chorégraphique avec différentes compagnies de danse bruxelloises (notamment lors d’une rencontre avec Ian Fabre) et la composition chorale avec Pippo Delbono. Il intègre en 2000 le Théâtricule (plateforme de recherches et de créations scéniques contemporaines). 

Agité par l’idée de se faire rencontrer les disciplines, les styles et les genres, il est, en 2002, fondateur des étrangères créations

Metteur en scène de cette entité artistique, il considère l’espace scénique comme étant avant tout un espace de liberté et de précision, au service d’une parole collective (celle des sensations, de l’acteur et du spectateur réunis). 

Depuis il continue à développer les possibilités d’un vocabulaire poétique en suivant diverses formations : L’acteur créateur d’espaces, avec Laurence Mayor, Méthode Alexander avec Eulalia Seguerra. Technique de voix Roy Hart Théâtre avec Mireille Antoine, La danse Buto avec Atsushi Takenouchi,… En résidence au Centre Culturel Théo Argence de Saint de Priest entre 2005 et 2010, de nombreux et divers projets sont créés avec les habitants de cette ville parallèlement au travail de création de la compagnie. En 2009 la création « Au Cœur » est sélectionnée pour représenter la jeune création française lors du festival « Premières » organisé par le Théâtre National de Strasbourg et Le Maillon, scène Européenne. Il est depuis 2010 intervenant comme metteur en scène et dramaturge pour le jeune ballet du CNSMD de Lyon et pour le festival chorégraphique européen itinérant Spider on the edge.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s